Aujourd’hui, plusieurs entreprises locales qui fabriquent des tisanes, des épices, des produits d’entretien ou encore des huiles essentielles cherchent à s’approvisionner à proximité.
Il est donc possible de produire certaines plantes pour cette destination mais à condition de le réaliser avec un certain professionnalisme. Cela suppose des surfaces suffisamment grandes pour amortir les investissements qui seront nécessaires et une organisation spécifique à ce type de culture.

Programme :
Présentation du contexte régional et des entreprises impliquées dans le projet de développement, et de la structuration de la filière dans le Gard/
Approche technique : mise en place d’un atelier de plantes aromatiques et médicinales cultivables « en sec »
Approche économique : coûts des investissements et rentabilité d’un atelier plantes aromatiques
Intervention de Yann SAUVAIRE, technicien PPAM Bio au Comité des Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales (CPPARM)

Détails du programme et bulletin d'inscription en pièce jointe.